Partie 1 : DĂ©but de soirĂ©e.

Je gare ma voiture, éteins la radio, pris mes affaires et ouvris la porte de la maison. Une légÚre odeur de cannelle se diffusait dans toute la maison et une légÚre lueur de lumiÚre éclairait le salon.
Je dĂ©pose mes affaires, lança un « chĂ©rie tu es lĂ  ?  » et une voix fĂ©minine me rĂ©pondit « je suis dans le salon, viens je t’attends ».
Je prends une pomme au passage et me dirige vers ma femme. Elle est sur le canapé avec un livre dans les mains, porte des lunettes noires et une robe rouge avec des motifs.
A mon approche, elle tourna la tĂȘte vers moi avec un sourire, dĂ©posa son livre et ses lunettes sur la table basse et me demanda « as-tu passĂ© une bonne journĂ©e ? ». Je lui rĂ©pondis « compliquĂ© mais je suis bien content d’ĂȘtre Ă  la maison et de te voir ». Elle se remit Ă  sourire puis s’Ă©tala de tout son long sur le canapĂ© d’une maniĂšre gracieuse et envoĂ»tante tout en me fixant. Elle portait une petite culotte blanche.
Je mis la pomme Ă  cĂŽtĂ© de son livre et lu sur la page de couverture : Le Cri de Nicolas Beuglet. Leva la tĂȘte, me mis Ă  confronter son regard de dĂ©esse, ma dĂ©esse avec des yeux noisette.
Je commençe Ă  avoir chaud, je dĂ©boutonne quelques boutons de ma chemise. Je me saisis d’une chaise situĂ©e Ă  proximitĂ©, la dĂ©pose Ă  cĂŽtĂ© de la petite table basse et prends dĂ©licatement un de ses pieds. DĂ©pose plusieurs baisers, lui caresse avec ma main le dessous de ses pieds et la chatouille pour la faire rire. Elle rigola et me dit « je pense qu’il vaudrait peut-ĂȘtre mieux aller dans la chambre, il y aura beaucoup plus d’espace ». Je la pris dans mes bras, nous nous dirigeĂąmes vers la chambre et la dĂ©pose sur le lit. Je commence Ă  me dĂ©shabiller.

Publicités